Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interview du grand RJ Ellory !!!!! Auteur entre autres de : Seul le silence , Vendetta et tout récemment Les Fantômes de Manhattan

Publié le par Ichtusliberusa

Interview du grand RJ Ellory  !!!!! Auteur entre autres de : Seul le silence , Vendetta et tout récemment Les Fantômes de Manhattan
Interview du grand RJ Ellory  !!!!! Auteur entre autres de : Seul le silence , Vendetta et tout récemment Les Fantômes de Manhattan
Interview du grand RJ Ellory  !!!!! Auteur entre autres de : Seul le silence , Vendetta et tout récemment Les Fantômes de Manhattan
Interview du grand RJ Ellory  !!!!! Auteur entre autres de : Seul le silence , Vendetta et tout récemment Les Fantômes de Manhattan
Interview du grand RJ Ellory  !!!!! Auteur entre autres de : Seul le silence , Vendetta et tout récemment Les Fantômes de Manhattan
Interview du grand RJ Ellory  !!!!! Auteur entre autres de : Seul le silence , Vendetta et tout récemment Les Fantômes de Manhattan
Interview du grand RJ Ellory  !!!!! Auteur entre autres de : Seul le silence , Vendetta et tout récemment Les Fantômes de Manhattan
Interview du grand RJ Ellory  !!!!! Auteur entre autres de : Seul le silence , Vendetta et tout récemment Les Fantômes de Manhattan

To begin this interview, can you explain to us your background and the path that led you to write and to be published? 

I had a strange childhood.  My father, still unknown to me, left before I was born, and then my mother died when I was seven.  My maternal grandfather had already drowned in the 50s, and so I never knew him.  My maternal grandmother raised me, and she sent me to a series of different schools and orphanages when I was seven, and I stayed away from home until I was sixteen.  The common denominator of all the places I stayed as a child was that I had access to books.  I read voraciously – starting with Enid Blyton, and then working through Agatha Christie, Conan Doyle, and on towards Chandler, Hammett, Faulkner, Hemingway, Steinbeck, Capote.  I always knew, fundamentally, that I wanted to do something creative, but I had no idea what it would be.  I was interested in music, art, photography, film, but in November of 1987 I had a conversation with a friend who was reading a book.  He talked about this book with such passion and such intensity, and it was as if someone had switched a light on in my mind.  ‘That’s what I want to do!’ I thought.  ‘I want to write books that make people feel like that!’, and so – that evening – I started writing.  That was the simplicity of it.  I just had the thought there that it would be great to write something capable of moving someone emotionally, to create that kind of effect, to have someone read something you’d written and be moved by it.   That was the thing: to feel like you had something worth saying.

J’ai eu une enfance étrange. Mon père, que je n’ai jamais connu, est parti avant ma naissance et ma mère est morte lorsque j’avais 7 ans. Mon grand-père maternel s’est noyé dans les années 50, je ne l’ai jamais connu non plus. Ma grand-mère maternelle s’est occupée de moi et quand j’avais 7 ans, m’a envoyé dans une série d’écoles et d’orphelinats. Je suis resté éloigné de la maison jusqu’à mes 16 ans. Le point commun de tous ces endroits dans lesquels je suis resté quand j’étais enfant, était mon accès aux livres. J’ai commencé par dévorer Enid Blyton puis je me suis penché sur Agatha Christie, Conan Doyle et sur Chandler, Hammett, Faulkner, Hemingway, Steinbeck, Capote. J’ai toujours fondamentalement su que je voulais faire quelque chose de créatif, mais je n’avais aucune idée de ce que ce serait. Je me suis intéressé à la musique, l’art, la photographie, le film, mais en novembre 1987, un ami m’a parlé d’un livre qu’il lisait.  Il en parlait avec une telle passion et une telle intensité ; c’est comme si quelqu’un avait allumé une lumière dans mon esprit. Je me suis dit « C’est ce que je veux faire ! ». « Je veux écrire des livres qui rendent les gens comme ça ! », et donc – ce soir-là – j’ai commencé à écrire. C’était aussi simple que cela.. Je me suis dit qu’il serait formidable d’écrire quelque chose qui puisse secouer  une personne émotionnellement. Créer cet effet, avoir quelqu’un qui lise quelque chose que vous avez écrit et qu’il en soit ému. Ca, c’était le truc : sentir que tu avais quelque chose qui valait la peine d’être dit.


Your books are not just black novels or thrillers, there is very often a background and historical context, it is also what I liked, it is "Vendetta", "The Anonymous" or "The Angels of New York" (which I just reread in audiolivre ... a first). How do you proceed to collect all this information, and why always the USA? 


I find research fascinating.  I love to read.  I love to ask questions and find out everything I can about somebody or something.  That is just my nature.  John Lennon said that you should find something to do that you love, and then you will never work another day in your life.  I love researching and I love writing, so it never feels like hard labour to me.  I research as I go, finding out the things I need to know as I’m writing the book.  Often I might leave blanks in the script for dates and names and such things as I don’t want to interrupt the flow of the material.  Research can be addictive as there are so many different subjects one can become interested in.  My agent once made a tremendously valid point.  He said ‘Wear your learning lightly’, meaning that you should never bury your fictional storyline beneath a tonnage of fact.  You’re not writing a textbook, you’re writing something that has entertainment as its primary purpose.  I think the only danger for me with research is that sometimes I find the subjects so fascinating that I don’t get very much writing done!


Je trouve les travaux de recherches passionnants. J’adore lire. J’adore poser des questions et découvrir tout ce que je peux sur quelqu’un ou quelque chose. C’est ma nature. John Lennon disait que si on trouve quelque chose à faire que l’on aime, alors on ne travaillera plus jamais un jour de notre vie. J’adore faire des recherches et j’adore écrire, alors ce n’est pas un travail difficile pour moi. Je fais des recherches au fur et à mesure, je découvre ce dont j’ai besoin tout en écrivant le livre. Souvent, je laisse des blancs dans le script sur des dates, des noms et des choses, comme je ne veux pas interrompre le contenu au fil de l’eau. La recherche peut créer une dépendance, car il y a tellement de sujets différents auxquels on peut s’intéresser. Un jour mon agent a relevé un point important : « N’en fais pas trop », ce qui signifie que tu ne dois jamais étouffer ton scénario fictif avec trop d’explications. Tu n’écris pas un manuel, tu écris quelque chose qui a pour principal but de divertir. Pour moi, le seul danger lié à ces recherches est que parfois je trouve cela si fascinant que je n’écris pas beaucoup !

As for the USA, I think I grew up with American culture all around me. I grew up watching Starsky and Hutch, Hawaii Five-O, Kojak, all those kinds of things. I loved the atmosphere, the diversity of culture, the fact that every state is entirely different from every other, and there are fifty of them.  The politics fascinated me. America is a new country compared to England, and it just seems to me that there was so much colour and life inherent in its society. I have visited many times now, and I honestly feel like I’m visiting my second home. And I believe that as a non-American there are many things about American culture that I can look at as a spectator. The difficulty with writing about an area that you are very familiar with is that you tend to stop noticing things. You take things for granted. The odd or interesting things about the people and the area cease to be odd and interesting. As an outsider you never lose that viewpoint of seeing things for the first time, and for me that is very important. Also many writers are told to write about the things they are familiar with. I don’t think this is wrong, but I think it is very limiting. I believe you should also write about the things that fascinate you. I think in that way you have a chance to let your passion and enthusiasm for the subject come through in your prose. I also believe that you should 
challenge yourself with each new book. Take on different and varied subjects. Do not allow yourself to fall into the trap of writing things to a formula. Someone once said to me that there were two types of novels. There were those that you read simply because some mystery was created and you had to find out what happened. The second kind of novel was one where you read the book simply for the language itself, the way the author used words, the atmosphere and description. The truly great books are the ones that accomplish both. I think any author wants to write great novels. I don’t think anyone – in their heart of hearts – writes because it’s a sensible choice of profession, or for financial gain. I just love to write, and though the subject matter that I want to write about takes me to the States, it is nevertheless more important to me to write something that can move someone emotionally, perhaps change a view about life, and at the same time to try and write it as beautifully as I can. I also want to write about subjects – whether they be political conspiracies, serial killings, race relations, political assassinations or FBI and CIA investigations – that could only work in the USA. The kind of novels I want to write just wouldn’t work in small, green, leafy villages where you find Hobbits!


Quant aux USA, je pense avoir grandi avec la culture américaine autour de moi. J’ai grandi en regardant Starsky et Hutch, Hawaii Five-O, Kojak, toutes ces choses. J’adore l’ambiance, la diversité des cultures, le fait que chaque état est totalement différent bien qu’ils soient 50. La politique m’a fascinée. L’Amérique est un nouveau pays comparé à l’Angleterre et il me semble qu’il y avait tellement de couleurs et de vies fondamentales à sa société. J’y suis beaucoup allé et désormais, j’ai vraiment l’impression de visiter ma deuxième maison. Je crois, qu’en tant que non-américain, qu’il y a beaucoup de choses que je peux regarder en tant que spectateur. La difficulté d’écrire sur un sujet que l’on connaît très bien, est qu’on a tendance à cesser de remarquer des choses. Tu les tiens pour acquises. 
Les choses étranges ou intéressantes au sujet des gens et de la région cessent d’être étranges et intéressantes. En tant qu’étranger, tu ne perds jamais ce point de vue de voir les choses pour la première fois, et pour moi, c’est très important. On dit aussi à de nombreux écrivains d’écrire sur des choses qu’ils connaissent. Je ne pense pas que ce soit mal, mais que c’est très restrictif. Je crois que tu devrais aussi écrire sur les choses qui te fascinent. De cette façon, tu as la chance de laisser ta passion et ton enthousiasme sur le sujet, ressortir sur le papier. Je crois aussi que tu devrais te lancer un défi avec chaque nouveau livre. S’attaquer à des sujets différents et variés. Ne pas se permettre de tomber dans un piège en écrivant des choses comme une formule. Quelqu’un un jour m’a dit qu’il y a 2 styles de roman. Il y a ceux que tu lis simplement parce qu’il y a une énigme et que tu dois trouver ce qu’il s’est passé. Le second style de roman est celui où tu lis le livre pour la langue elle-même, la façon dont l’auteur utilise les mots, l’atmosphère et la description. Les livres réellement excellents sont ceux qui réunissent les deux. Je pense que n’importe quel auteur veut écrire de supers romans. Je ne pense pas que n’importe qui, en son for intérieur, écrive parce que c’est un choix de profession raisonnable, ou un gain financier.
J’adore juste rédiger, et bien que le sujet m’emmène aux Etats Unis, il est cependant plus important pour moi d’écrire quelque chose qui puisse émouvoir quelqu’un, peut-être changer sa conception de la vie en essayant de l’écrire aussi joliment que je peux.  J’ai également envie d’écrire sur des conspirations politiques, des meurtres en séries, des relations interraciales, des assassinats politiques ou sur des enquêtes du FBI et de la CIA, ce qui ne pourrait marcher qu’aux USA.
Le genre de romans que je veux écrire ne fonctionnerait pas dans des petits villages verdoyants où tu peux trouver des Hobbits !


Your books, certainly, would make excellent films, it seems to me that you had been approached by Olivier Dahan to adapt "Only the silence" or is this project and which of your works would you see in film? 


The scenario for ‘Seul le Silence’ was written, but Olivier Dahan and I did not pursue it.  I am now working with René Manzor to adapt that original script into a six-part television series.  Also, ‘A dark and Broken Heart’ (Un Coeur Sombre), was written by a screenwriter, and we have a director and producers attached.  That should go into production within the next twelve months.  I would actually like to see any of the books adapted, but I think they are difficult projects because they are usually long and complex stories.

Le scenario de “Seul le Silence” était rédigé, mais Olivier Dahan et moi-même n’avons pas donné suite. Je travaille maintenant avec René Manzor pour adapter ce scénario pour une série télévisée de 6 épisodes. 
« Un cœur sombre » avait également été écrit par un scénariste, et nous avons un réalisateur et des producteurs. Cela devrait partir en production dans les 12 prochains mois. J’aimerai réellement voir tous mes ouvrages adaptés, mais je pense que ce sont des projets difficiles car ce sont généralement des histoires longues et complexes.


You are a real artist as I said: writer, musician, photographer. How do you organize your days when you're not travelling? 


I am just very self-disciplined, I guess!  I have always worked hard.  Not working doesn’t suit me.  I work before I leave for book events.  I work when I get home.  I work at weekends.  I set myself a daily target for how much I write, and I do my utmost to meet it.  I think some authors just love the writing process itself, and some are relieved when they’ve managed to get some work done.  I am the former, most definitely.  I just love the action of writing, and I lose myself in it.  I try to get the first draft of a book done in ten or twelve weeks, and then I work on the second draft and send it to my editor.  That leaves me time to work on music, photography, short stories, articles, travelling and touring both for books and for music.  There are three hundred and sixty-five days in a year and I like to do something worthwhile with all of them!

Je suppose que je suis juste très discipliné ! J’ai toujours travaillé dur. Ne pas travailler ne me convient pas. Je travaille avant de partir pour des évènements  autour du livre, lorsque j’arrive à la maison, pendant les week-ends. Je me fixe au quotidien un objectif sur mon temps de travail et fais de mon mieux pour l’atteindre. Je pense que certains auteurs aiment simplement le processus d’écriture en soi, et que certains sont soulagés lorsqu’ils ont réussi à ce que le travail soit fait. Je suis définitivement à l’ancienne, J’adore juste l’action d’écrire, jusqu’à m’y perdre. J’essaie d’obtenir la première ébauche d’un livre en dix ou douze semaines et ensuite je travaille sur la deuxième version et je l’envoie à mon éditeur. Cela me laisse du temps pour travailler la musique, la photographie, des histoires courtes, des articles,  voyager et faire des tournées pour les livres et la musique. Il y a 365 jours dans une année et j’aime faire quelque chose qui vaille la peine chaque jour d’entre eux !


The music, come on, you come out a new album "Native Strangers", what are your musical influences and what kind of music do you listen to? 


Well, I have always been passionate about music, and just as I found a great empathy in American literature, so I found a great empathy in jazz and blues and country music.   Someone once said to me that music was the way in which one person translated their emotions into sounds, and then gave those sounds to someone else who translated them back into emotion for themselves.  I agree with this.  I think good literature works on an emotional level, and I definitely feel that good music works on an emotional level.  As far as long improvisations are concerned, I am not so much this kind of musician.  I like to conceive of a song that I write as delivering an emotional message, and when the message is delivered the song is done.  As for music influences,  I have listened to music form so many genres throughout my life, and I think I have been influenced by everything from Sati to Shostakovich, Hendrix to The Doors, Suzanne Vega to Paul Simon, Son House and Muddy Waters to Jefferson Airplane and Mike Bloomfield.  Music is everywhere, and has always been a great source of inspiration for me.


Et bien, j’ai toujours été passionné par la musique et comme j’ai trouvé une grande empathie pour la littérature américaine, j’ai aussi trouvé une grande attirance  pour le jazz et le blues et la musique country. Un jour quelqu’un m’a dit que la musique est la façon par laquelle une personne traduit ses émotions au travers des sons, puis ensuite tu les donnes à quelqu’un d’autre qui se les approprie à sa façon. Je suis d’accord avec cela. Je pense que la bonne littérature agit au niveau émotionnel et je suis certain que la bonne musique aussi. En ce qui concerne les longues improvisations, je ne suis pas vraiment ce genre de musicien. J’aime imaginer qu’une chanson que j’écris délivre un message émotionnel et lorsque le message est transmis, la chanson est terminée. Quant aux influences musicales, j’ai écouté beaucoup de styles musicaux toute ma vie et je pense avoir été influencé par tout, de Sati à Shostakovich, Hendrix aux Doors, Suzanne Vega à Paul Simon, Son House et Muddy Waters à Jefferson Airplane et Mike Bloomfield. La musique est partout, et a toujours été pour moi une immense source d’inspiration.


I have, of course, listened to your albums and your voice immediately reminded me of Eric Clapton's, how do you work your voice and your guitar, vocals and daily scales? 


I just write and play.  I practise as often as I can.  I do not have a trained voice.  I just sing how I sing!


J’écris et je joue, je pratique dès que je peux  ,aucun entrainement pour la voix je chante comme je chante !


For guitar lovers, on which brand and model do you play?


I play both a Gretsch 6122S and a Gibson Les Paul for live shows and recording.  I use both a Fender De Ville 410 and a Fender Hot Rod Deluxe III, depending on the size of the venue.


Je joue sur deux guitares  une Gretsch 6122S et une Gibson Les Paul pour les concerts et les enregistrements mais j’ ai aussi une Fender De Ville 410 et une Fender Hot Rod Deluxe III. 


You have just released, with The Whiskey Poets, a new album and your new book is out in May 2019.   Do you have concert dates and dedications planned in France? 


We will be playing at the St. Maur  en Poche Festival in June.  That is the only French date that is currently booked. 


Nous allons jouer au salon du livre a St Maur en Juin  cest pour le moment la seule date Française.


There is a little custom in the interviews of Ichtusliberusa: to know better the tastes of our guest, it is the question of the 3! 
Il y a un petit rituel dans les interviews d’ Ichtusliberusa  pour connaitre un peu mieux les goûts de  l’invité c est la question des  3 !!


Your 3 favorite writers?  
Tes 3 écrivains préférés
Annie Proulx
Tim O’Brien
Truman Capote


Your 3 favorite movies? 
Tes 3 films préférés
Goodfellas
Crazy Heart
Capote


Your 3 favorite musicians? 
Tes 3 musiciens préférés
Roky Erickson
Dr. John
Arthur Lee


Your 3 favorite historical characters? 
Tes 3 personnages historiques préférés
Winston Churchill
Queen Victoria
Arthur Conan Doyle


Your 3 favorite places in the USA?
Tes 3 endroits préférés aux USA 
Austin, Texas
Nashville, Tennessee
New York


Merci encore RJ pour ta disponibilité et ta gentillesse


Je rappelle le titre de ton dernier roman «  Les Fantômes de Manhattan «  aux éditions Sonatines et en Mai sort «  Le chant de l’assassin  « qui méritera une chronique sur le blog Ichtusliberusa ;)

A bientôt RJ
Eric 
Ichtusliberusa 

Commenter cet article